Dossier : Le monde du conseil en pleine mutation

Dossier : Le monde du conseil en pleine mutation

L’émergence du conseil

Le conseil au sens strict du terme existe depuis la nuit des temps ; déjà, lorsqu’il vivait en communauté, l’homme demandait conseil auprès de ses semblables avant de prendre une décision quelle qu’en soit l’importance. Mais c’est au fur et à mesure que les choses se sont complexifiées et densifiées, que le besoin de conseil s’est accéléré.

Grâce à la révolution industrielle, le conseil s’est imposé comme un métier à part entière ; il s’est développé à travers le monde en se structurant, en développant des méthodologies, des bonnes pratiques qui se sont imposées au sein de la profession.

C’est véritablement dans les années vingt que le conseil est né avec le taylorisme. Il était nécessaire d’avoir une vision d’ensemble pour améliorer les processus et structurer l’organisation dans le but d’améliorer la productivité.

Puis des 50 à aujourd’hui, le conseil a connu de profondes mutations. Le secteur a développé de véritables offres d’interventions, toujours plus élaborées, riches en contenu et parfois innovantes. Les acteurs du secteur se sont structurés. On a vu la naissance de grands cabinets (BCG, Accenture, Atos…) pouvant intervenir dans différents secteurs d’activités (télécoms, secteur public, industrie, services financiers, automobiles, etc.) et sur de très nombreux métiers (stratégie, marketing, organisation, IT, RH, Juridique, etc.).

Enfin, le secteur s’est fortement professionnalisé dans ses méthodes de travail. On a vu l’émergence de méthodologie telles que CMMI, ITIL, Lean6 Sigma, PMI…

Le conseil a su devenir un acteur indispensable du business. On peut le définir comme un ensemble d’activités regroupées dans le cadre d’une mission réalisée par des tiers dont l’objectif principal est d’accompagner l’évolution de l’entité cliente et d’en assurer le progrès et la pérennité contre rémunération.

Le secteur s’adapte à son milieu et doit sans cesse être au fait des avancées technologiques, toujours dans l’optique de répondre aux mieux aux problématiques des entreprises. C’est ainsi, que l’on peu parler d’évolution de conseil à travers les âges.

L’évolution des métiers du conseil

 

La croissance du marché du conseil en 2017-2018

Le marché du conseil en France est en plein essor avec une croissance de 10,5% (contre 8,5% en Allemagne) en 2017, soit +6,5 milliards d’euros. Les prévisions 2018 sont également en hausse, toujours avec une croissance à 2 chiffres de 10 à 12% en 2018 (Source consult’infrance[1].).

Même si la demande en conseil est particulièrement forte sur le segment de la gestion des risques et des normes et sur celui de la sécurité informatique, la transformation digitale est aujourd’hui le moteur de croissance du secteur.

Le digital a joué un rôle considérable dans la croissance ; comme le mentionne « Consult’in », le digital représente 29,4% des missions en 2017.

En 2017, Les effectifs de la profession s’élèvent à 38 500 postes en progression de 10%, soit une création de 3500 postes ; sur 2018 ; il est prévu de créer 11 500 postes uniquement sur le marché français.

Les métiers du conseil tels que l’ingénierie, les études marketing, le conseil en management, le conseil en recrutement, informatique, en relations publiques, en évolution professionnelle…ont évolué.

Selon une étude de Global Research [2]+6,5% atteignant un chiffre de 4,5 milliard d’euros (source global research).

Les chiffres annoncés par Global Research sont un peu moins élevés que ceux annoncés par Consult’in ; ce qui s’explique par les différents périmètres de leurs études ; Consult’in a réalisé son étude sur le marché français et Global Research a réalisé son étude sur le plan mondial avec une distinction par pays.

Mais les 2 études confirment la tendance et convergent vers une même conclusion ; le digital a eu un impact considérable sur le marché du conseil.

On a pu constater l’impact du digital sur l’essor du marché du conseil ; la transformation numérique dans laquelle se sont lancées de nombreuses entreprises a un impact au-delà de toute attente, elle a eu un impact considérable sur les métiers du conseil.

 

 L’impact du Digital dans l’évolution de l’offre du conseil

(Source : Etude OPIIEC)

Dans l’étude de l’OPIIEC qui est l’observatoire des métiers du Numérique, de l’Ingénierie, des Etudes et du Conseil et de l’Evénement (Etude OPIIEC du 14/03/2018), le constat est le suivant ; une des profondes mutations du marché du conseil est liée à la prolifération des données à travers le Big Data et à l’Intelligence Artificielle… Ce nouveau paradigme est constaté au niveau mondial., Il est lié au traitement de la donnée et rend favorable l’arrivée de nouveaux acteurs tels les GAFA et les cabinets spécialisés dans les études quantitatives. Tous ces changements créent une offre à plus forte valeur ajoutée des experts quantitatifs, leur ouvrant ainsi les portes du conseil et créant ainsi une concurrence entre « acteur du conseil, acteur du numérique et institut sur certains marchés ».

Toujours selon cette étude, le marché devrait continuer sa croissance positive sur les 5 prochaines années. L’impact technologique et l’élan du numérique (avec les missions relatives dans tous les secteurs à l’intelligence artificielle, à la blockchain, à la cybersécurité, ou encore à la mise en œuvre de la Réglementation générale pour la protection des données -RGPD) viennent modifier le modèle du marché du conseil sur la partie numérique, sans compter l’impact des nouvelles réglementations comptables pour les institutions financières.

L’évolution du modèle de gestion des cabinets de conseil

Les cabinets de conseils s’adaptent et proposent à leurs clients une offre plus globale. Ils intègrent l’offre numérique dans leurs domaines d’interventions. Cette approche est devenue nécessaire lorsque l’on constate que le numérique à lui seul occupe 30% du CA en 2018 contre 25% déjà en 2016 pour les acteurs du conseil en management ou des technologies (ESN). Les cabinets de conseil adoptent une approche pluridisciplinaire bien plus élargie que celle que l’on pouvait constater auparavant.

Les schémas ci-dessus, illustrent une diversification des offres de la part des cabinets de conseil.

Selon l’étude Consult’in la transformation digitale a contribué à la modification des business models des cabinets, étroitement liée aux demandes des entreprises selon les secteurs.

Zoom sur le marché du conseil en management

85% du marché du conseil en management s’articule autour de 6 principaux secteurs économiques ci-dessous. Les variations sectorielles s’expliquent principalement par les demandes liées à la digitalisation, aux fusions-acquisitions, à la performance opérationnelle, à l’accompagnement aux changements selon les secteurs. Le pic des demandes se faisant dans l’accompagnement et dans la transformation digitale. Le secteur financier représente 30% de l’activité des projets notamment sur la gestion réglementaire, la mise en conformité (Bale 3 pour les banques, Solvency2 pour les assurances, le normes IFRS).

(Sources des données consult’in 2016)

Typologie des cabinets de conseil

En France, déjà en 2009, les 300 principaux cabinets de conseil en management (Accenture, IBM BCS, Capgemini, BearingPoint, McKinsey, Cegos, AT Kearney…) emploient plus de 25 000 personnes, auxquelles s’ajoute environ 20 000 indépendants (Source :  L’Expansion Management Review). On peut aujourd’hui distinguer plusieurs catégories de cabinets de conseil, selon qu’ils s’intéressent à la stratégie, au management et qu’ils sont spécialisés ou intégrateurs de systèmes d’information.

Les cabinets traditionnels se regroupent autour de 3 grandes catégories qui se sont imposées depuis longtemps

  • Le conseil en stratégie – Conseil de direction générale : DG et Comité Exécutif), il travaille sur les grandes orientations de l’entreprise à moyen terme, émet des recommandations sur la nature même du business. La question principale du client est : où devons-nous aller ?
  • Le conseil en organisation/management/Métier – Conseil de direction : Comité Exécutif, Directeurs Métier et Managers ; il apporte un renfort méthodologique sur la gestion de projet métier aux opérationnels dans le cadre du pilotage et de l’exécution de grands projets. Il travaille sur la mise en place des process pour parvenir aux objectifs et sur la déclinaison opérationnelle des nouvelles réglementations. La question principale est : comment pouvons-nous faire pour atteindre nos objectifs ?
  • Le conseil en systèmes d’information (ESN) – Conseil opérationnel : Directeurs opérationnels et Managers. Il accompagne une entreprise dans la mise en place des bons outils informatiques. Il s’agit alors d’émettre des recommandations mais également de prendre en main le projet en apportant des ressources très opérationnelles chez le client (gestion de projet SI, assistance aux tests). La question principale : Quelle méthodes et outils pouvons nous vous proposer pour mettre en œuvre votre projet ?

 

Un recours à des consultants indépendants en nette hausse

Les métiers du conseil ont subi de grands changements comme nous l’avons évoqué plus haut, plusieurs types de cabinets coexistent avec un recours aux consultants indépendants qui gagnent du terrain, en dehors des cabinets traditionnels généralistes, cabinets de conseil spécialisé en organisation et management ou SI, le marché des consultants indépendants est en plein essor et avec eux l’émergence de plateforme mettant à disposition leurs compétence et expertises. Les Consultants freelance n’ont jamais été aussi nombreux sur le marché du travail (source Influencia – la revue de l’innovation, de la communication et des tendances).Qu’est-ce qu’un consultant indépendant ou freelance ?

Le consultant indépendant doit disposer d’une qualification et d’une expérience très importante dans le domaine sur lequel il se positionne. Il doit savoir structurer son offre et la rendre attractive mais aussi rentable. Il doit rechercher ses clients, prendre contact, convaincre… Enfin, il doit être rigoureux dans la gestion de son entreprise : définir des seuils de rentabilité, suivre sa facturation, être intransigeant sur ses tarifs. Il apporte son savoir-faire aussi bien au niveau du conseil en management, en organisation qu’au niveau du conseil en SI. Un consultant indépendant doit sans cesse se remettre en question dans une posture pro-active qui change radicalement du relatif confort offert par le salariat.

Quel est leur positionnement ?

Les consultants indépendants sont très présents dans le digital car ils se sont eux aussi adaptés aux mutations du monde du conseil et ainsi à l’ère du digital. Néanmoins, on les retrouve sur l’ensemble des métiers du conseil. Plus concrètement il opère sur les projets aussi bien au niveau des métiers qu’au niveau de l’IT.

Comment opèrent-ils ? Entre création d’entreprise et portage salariale

Ces consultants créent leur propre structure et d’autres préfèrent opter pour le portage salarial. Le portage salarial est une alternative à la création d’entreprise qui garantit au consultant porté une protection sociale du régime général, une assurance contre le chômage et lui évite la gestion administrative d’une structure (source : le coin des entrepreneurs du 22/06/2018 –Les avantages du portage salarial). En effet, le portage salarial est une nouvelle forme d’emploi à mi-chemin entre entrepreneur et salarié, qui permet de développer une activité professionnelle indépendante, tout en conservant la couverture sociale d’un salarié classique.

Il s’agit d’une relation contractuelle tripartite dans laquelle un salarié porté ayant un contrat de travail avec une entreprise de portage salarial effectue une prestation pour le compte d’entreprises clientes.

La société de portage se rémunère par les frais de gestion qui varie en fonction du chiffre d’affaire du salarié porté entre 2 et 10%. Les modalités sont fixées lors de la mise en place d’une convention de portage, du contrat de prestation, facturation par exemple. Elle a la charge de verser les cotisations sociales prélevées sur le chiffre d’affaires du salarié porté

Comment les consultants trouvent-ils leurs missions ?

Depuis quelques années, les entreprises se sont s’acclimaté aux nouvelles tendances du marché du freelancing. Les indépendants trouvent leurs missions essentiellement par le bouche-à-oreille et les réseaux sociaux professionnels. Pour une entreprise, il est donc aisé de vérifier l’expertise du freelance avant de lancer une collaboration. On retrouve également de plus en plus de plateforme web donnant accès à des missions. Ainsi, pour trouver de nouvelles missions les consultants indépendants font appel à leur réseau et/ou s’inscrive sur des plateformes web.

L’émergence des plateformes web

Il y a quelques années encore, les missions de consulting pour les consultants indépendants se faisaient de façon prosaïque, de bouche à oreille ; en d’autres termes elles étaient basées sur le relationnel (sur le carnet d’adresses du consultant). Puis peu à peu on a pu observer l’émergence de différentes plateformes web proposant une expertise « on-demand ».

Au départ très présentes dans le digital (développement informatique, web design, web marketing, production de contenu), ces plateformes ont évolué en proposant des missions de prestation de conseil en management et organisation.

Pourquoi faire appel à ces plateformes ? Par ce qu’elles répondent aux besoins d’agilité des entreprises à l’ère du digital, elles permettent une plus grande transparence sur l’exécutant de la prestation et son prix, et enfin, dans certains cas, elles permettent un accès direct à une expertise sur des nouveaux sujets très techniques.

Ces plateformes multi-compétences de prestation de services, proposent aux consultants freelance des missions via une inscription en ligne sur la plateforme. Les critères d’éligibilité varient selon les plateformes mais le principe reste le même. Les clients définissent leurs besoins et la plateforme facilite la mise en relation avec le consultant.

Les échanges sont dématérialisés, du choix du consultant proposé à l’évaluation des services rendus, il en va de même pour les paiements partiellement ou totalement dématérialisés.

Elle offre la possibilité pour une entreprise de faire appel à un consultant pour une durée déterminée au même titre que ce que propose un cabinet de conseil classique. Ces consultants sont dotés d’une expertise technique ou sectorielle et sont capables de monter rapidement en compétences sur le contexte de leurs clients à des prix moins élevés et fixés en toute transparence.

 

« Ce que veut savoir le client qui vient de confier son projet, c’est qui sera en charge de l’exécution de cette mission sur laquelle il mise beaucoup pour développer son entreprise. » (Article : Forbes du 20/02/2018).

Même si ces plateformes se développent de plus en plus, elles ne vont pas se substituer ou bouleverser à grande échelle le modèle économique du conseil. En revanche, elles jouent un rôle dans la mutation du marché du conseil car elles permettent une offre conseil plus large en proposant un nouveau canal de mise en relation entre les entreprises et les consultants.

Vers un nouvel équilibre ?

Selon l’article Forbes du 20/02/2018 « …le remaniement du secteur du conseil fera sans doute naître un nouvel équilibre où les géants du secteur demeureront au premier plan mais collaboreront progressivement avec les plateformes les plus professionnelles et répondants au mieux à leurs besoins… Ce n’est donc en aucun cas la mort des grands cabinets conseils, … » mais « les acteurs qui se situent dans les couches intermédiaires auront plus de mal à rivaliser avec d’une part les nombreux avantages des plateformes, et d’autre part avec l’influence des poids lourds du secteur. »

Les bouleversements culturels dans le conseil

Pour faire face à la multiplication des changements liés au digital ou encore au réglementaire, pour – mettre à profit les opportunités offertes par les nouvelles technologies, les entreprises se tournent vers des acteurs qui les aident à appréhender ces nouveautés et qui vont les accompagner dans ce nouveau processus du changement.

Les cabinets vont devoir à leur tour intégrer ce nouvel élan et définir les métiers du conseil de demain. L’organisation des cabinets dit traditionnels est aujourd’hui fortement pyramidale (verticale) ; cette structure va devoir évoluer.

Comme l’explique Isaac Getz (Docteur en management et professeur à l’ESCP Europe), il faut revoir l’entreprise dans son fonctionnement ; il a théorisé avec Brian M. Carney (journaliste économique au Wall Street Journal) les méthodes d’application au sein de l’entreprise et intégrer l’intelligence collective pour une entreprise libérée (article :  Parfois le succès de l’entreprise libérée me semble très inquiétant – usine nouvelle 18/11/2016) . Cette méthode, si on l’applique aux cabinets de conseil, doit permettre aux consultants d’insuffler une nouvelle dynamique avec leurs clients.

Aujourd’hui, le consultant doit aller plus loin que le « co-construire » avec son client, il doit prendre position et pour cela il doit avoir accès en toute transparence au fonctionnement de l’entreprise.

Autre point important, pendant longtemps les cabinets de conseil ont mis en avant la stratégie au détriment de la culture ; aujourd’hui une telle approche n’est plus possible dans un contexte en perpétuel changement. La transformation digitale en est l’exemple : on met en avant l’évolution de la culture des entreprises et l’évolution des pratiques managériales.

L’impact des nouvelles technologies sur le métier du conseil est devenu incontournable. Les consultants doivent prendre en compte non seulement les Systèmes d’information mais aussi les nouvelles technologies qui représentent d’importants leviers de transformation des organisations. « Beaucoup de cabinets ont une approche généraliste, sans que le digital soit une expertise à part entière. Cependant pour les entreprises clientes, le digital n’est plus un sujet de laboratoire mais bien une vague — ou un tsunami — qu’il faut prendre dans le bon sens, sous peine d’échouer. » (Article : Forbes du 20/02/2018)

« L’intelligence collective et le partage de connaissances au sein d’un groupe intégrant des entités technologiques devient alors une vraie force pour les consultants ». Décideurs Magazine du 04/12/2018.

Il en résulte une transformation nécessaire pour les cabinets. Ceux « qui s’imposeront demain auront réinventé leurs pratiques managériales, et la promesse faite aux consultants, de l’apprentissage du métier à l’ensemble de leur parcours. » Décideurs Magazine du 04/12/2018. Les partners joueront un rôle prépondérant tout comme le « manager 4.0 » dans l’entreprise dont on parlera plus bas. Ils seront les partners 4.0 de leur cabinet, source d’inspiration pour les consultants, leur permettant d’être créatifs et mettant à leur disposition les outils nécessaires au-delà de digilab créés ces dernières années qui ne sont qu’une vitrine.

Les cabinets de conseil eux-aussi sont entrés dans la nouvelle ère du numérique, ils devront adapter leur modèle de gestion.

Les mutations au sein des entreprises sont devenues une réalité

Pour mieux comprendre les mutations dans le monde du conseil, il faut remonter d’un cran. Un des constats que l’on a pu faire se trouve dans les changements qui se sont opérés au sein des entreprises.

On a pu constater ces dernières années, une profonde mutation dans le monde du travail. Dans certains secteurs, cela remonte à près d’une dizaine d’années ; pour d’autres cela est plus récent.

Pour certains métiers, on peut parler de bouleversements comme le développement des caisses automatiques au détriment des caissières, ou de la refonte totale des agences bancaires avec la disparition quasi-totale des guichets. Dans d’autres cas on voit l’émergence de nouveaux métiers comme les cobots[3] ou robot/machine), ou encore le développement du freelancing.

La digitalisation des métiers est passée par là !

Le manager de demain ou manager 4.0 est un leader qui, plus il aura de leadership, plus il saura mobiliser les équipes transversales sur les objectifs à atteindre. Il s’adaptera aux attentes d’un monde 4.0, connecté, changeant, et plus ouvert…

De même, le collaborateur 4.0 est devenu une nécessité ; il doit développer ses capacités personnelles et son sens de la collaboration. Il doit être en mesure de s’adapter aux nouveaux outils.

De plus en plus d’entreprises utilisent des outils collaboratifs. Ces outils ont pour objectifs de permettre une meilleure collaboration, de meilleurs échanges et pour finir une meilleure efficacité.

Eh oui vous l’avez bien compris la révolution numérique est passée par là et avec elle, la transformation des métiers et des compétences. Elles doivent se réinventer et avec elles les métiers en son sein, non pas par choix mais par obligation car elles doivent désormais tenir également compte de la génération Y déjà annoncé par Douglas Murray McGregor (Professeur de management, psychologue, économiste américain) dans sa Théorie X et Y.

Aujourd’hui on peut clairement s’interroger si l’avènement de la génération Y sonne en quelques sorte le glas des entreprises organisées sur le modèle X.

Face à la multiplication des échanges, l’entreprise doit rester compétitive ; si l’on revient un peu en arrière pour comprendre le phénomène, on s’aperçoit très vite que la mobilité, la réactivité sont des enjeux majeurs pour l’entreprise car elle doit rester compétitive.

« L’agilité est désormais une nécessité pour l’entreprise qui vit à l’ère du digital et qui doit constamment s’adapter au changement. » (Article : Forbes du 20/02/2018)

Il en résulte un réel impact sur les fonctions de l’entreprise…

Toutes les fonctions de l’entreprise en sont impactées. Les premières sont les fonctions commerciales, marketing ou de communication dont l’activité repose sur les échanges. Aujourd’hui les échanges doivent être rapides pour saisir les opportunités et encore une fois pour rester compétitifs.

Ces fonctions doivent donc s’adapter et la réponse à ces bouleversements est de suivre l’élan imposé par l’univers du digital.

Il en ressort que chaque entreprise quel que soit son secteur d’activité doit se réinventer en permanence et redéfinir ses facteurs clés de succès. Avec l’accélération des innovations technologiques les entreprises doivent intégrer rapidement ces nouveautés pour rester dans la course.

Viennent ensuite les autres fonctions de l’entreprise qui pour les besoins des fonctions précédemment citées doivent elles aussi repenser leur mode de fonctionnement et se réinventer. On y retrouve, les fonctions logistiques, les fonctions financières (comptabilité, contrôle de gestion…), les DSI, pour fonctions traditionnelles, mais on assiste à l’émergence de nouvelles fonctions comme le CDO (Chief dat Data ou Digital Officer).

 

Le monde de l’entreprise tel qu’on l’a connu disparaît et se transforme, il est donc nécessaire et logique que les organisations qui accompagnent les entreprises dans ces changements opèrent elles aussi leur propre changement. L’ère du digital, a eu un effet disruptif sur les organisations mais également sur les comportements.

 

[1] Consult’in France est l’instance représentative de la filière du conseil en stratégie et en management, regroupant 83 cabinets, soit 60 % du marché. Consult’in France rassemble des sociétés très diversifiées, tant par leur taille que par leur domaine d’expertise, qui interviennent auprès des entreprises du secteur privé et public. Consult’in France fait partie de la Fédération SYNTEC qui rassemble et représente les métiers de l’« intelligence productive ».

[2] Global Research est un Cabinet d’étude et de recherche créé en 2007 (fondateur Fiona Czerniawska, 20 ans d’expérience conseil, notamment chez EY, UK . Auteur de Business Consulting: A Guide to How it Works and How to Make it Work(link is external.

[3] Le terme cobotique est un néologisme issu des mots « robotique » et « collaboration ». … La robotique collaborative est une technologie qui utilise la robotique, la mécanique, l’électronique et les sciences cognitives pour assister l’homme dans ses tâches quotidiennes.

About the Author:

Fondatrice de NTS ADVISORY

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :